qui sommes-nous ?nos établissementsnos actualitésnous aidernous rejoindre

Pose de la première pierre

La cérémonie de pose de la 1ère pierre de l’établissement pour personnes âgées dépendantes « Saint Augustin », de la structure pour petite enfance « Les Bambini » et du nouveau centre médico-psychopédagogique « Giordano Bruno » s’est tenu le mardi 21 mai dernier.

 

En présence de Monsieur Cherki - Maire du 14ème arrondissement et député-de Paris, de Mme Lechatellier - vice-présidente du Conseil régional, de Mesdames Capelle et Dubarry, et de Monsieur Najdovski - Adjoints au Maire de Paris, de monsieur Millet - premier adjoint au maire du 14ème arrondissement, de Monsieur Leone – Agence Régionale de Santé, de Messieurs Goujon et Rousseau - président et directeur-général de Résidences Sociales de France, et de Sœur Danièle – supérieur de la congrégation des religieuses augustines de Notre Dame,

 

Madame Gisserot, présidente de l’association Notre Dame de Bon Secours, a prononcé le discours suivant :

 

« Monsieur le Député-maire du 14ème,
Madame la vice-présidente du Conseil régional,
Mesdames et Monsieur les adjoints au Maire de Paris,
Mesdames et messieurs les élus,
Monsieur le président et monsieur le directeur général de RSF,
Mes Sœurs,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

 

Recevez tout d’abord nos vifs remerciements pour avoir répondu à l’invitation que Résidences Sociales de France et l’Association Notre-Dame de Bon Secours vous ont adressée. Nous y voyons en effet le témoignage de l’intérêt porté au projet conduit en commun ainsi qu’à nos activités respectives et cela constitue un vif encouragement pour l’avenir.

 

La cérémonie qui nous rassemble revêt pour NDBS une portée à la fois émouvante et symbolique.

 

Emouvante car voici 25 ans, en ce même endroit, était inauguré le bâtiment neuf où la Maternité de NDBS s’installait après avoir quitté le bâtiment d’en face qui l’abritait depuis 1921. Nombreux sont sans doute ceux d’entre vous qui ont vu naître dans ses murs un bébé de leurs proches. La maternité est désormais incluse dans le groupe hospitalier Saint-Joseph où elle a gardé son nom. C’est précisément l’immeuble inauguré en 1988 qui a été détruit pour laisser la place à celui dont la première pierre va être posée.

 

Symbolique car la fusion des activités sanitaires de NDBS avec celles des hôpitaux Saint-Joseph et Saint-Michel a conduit à rendre au site de la rue des Plantes la vocation initiale que l’Abbé Carton lui avait assignée, l’accueil des personnes âgées et handicapées démunies du ressort de la paroisse Saint-Pierre de Montrouge. L’ « asile NDBS » est devenu « asile-hôpital » à la faveur de deux circonstances. D’une part la sécularisation des hôpitaux de la ville de Paris a conduit les Religieuses Augustines de l’Hôtel-Dieu de Paris à quitter les hôpitaux où elles travaillaient pour s’installer sur le site, suivies d’un certain nombre de malades et de médecins ; d’autre part un don généreux a permis la création de la maternité.

 

Pour autant cette vocation initiale n’a jamais été oubliée. L’hôpital comportait une maison de retraite qui, agrandie, est devenue en juin 1994 l’EHPAD « Maison Sainte-Monique », de 130 places ; sa création avait été précédée de celle en 1986 des 85 studios du foyer-logement « Résidence NDBS ». Un accueil de jour thérapeutique Alzheimer de 12 places a ouvert ses portes en Juillet 2006, suivi en 2007 d’un guichet unique Alzheimer, aujourd’hui agréé « MAIA Paris Sud » portée par le CLIC Paris Emeraude Sud. Enfin, une plateforme de répit des aidants de malades Alzheimer a été expérimentée en 2009 et rattachée fin 2011 à l’accueil de jour.

 

Le bâtiment dont vous voyez monter les murs abritera à l’automne 2014 un deuxième EHPAD de 98 places, l’EHPAD Saint-Augustin, dédié à l’accueil de personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ou autres maladies apparentées ; y trouveront également place le CMPP Giordano Bruno, transféré de l’hôpital Saint-Joseph et installé à titre provisoire depuis février 2011 au rez-de-chaussée du bâtiment qui est derrière nous, ainsi qu’une structure petite enfance, « Les Bambinis », gérée par l’Association APETREIMC, de 64 berceaux dont 13 réservés à des enfants porteurs d’un handicap.

 

Cette première tranche de travaux sera suivie d’une seconde phase comportant la construction, à l’entrée du site, d’un bâtiment destiné à accueillir en 2016 un foyer d’accueil médicalisé de 66 places, le FAM Sainte-Geneviève, dont 54 pour des personnes victimes de troubles neurologiques à la suite d’un AVC et 12 pour malades Alzheimer jeunes. Cet établissement a ouvert ses portes par anticipation en mars 2OI2, avec une capacité réduite à 35 places, dans le même bâtiment que le CMPP.

 

C’est donc un projet médico-social important que l’association NDBS met en œuvre. Ce projet a été élaboré en liaison étroite avec les autorités publiques nationales et parisiennes afin de répondre au mieux aux besoins de la population parisienne et aux orientations des schémas médico-sociaux.

 

Je tiens à remercier ici Mme Danièle Hoffman-Rispal, alors adjointe au Maire de Paris chargée des personnes âgées, dont les orientations ont été déterminantes et le soutien constant précieux ; ce soutien a été relayé depuis par Mme Liliane CAPELLE , son successeur, en charge des Seniors et du lien intergénérationnel, Mme Dubarry, chargée des personnes en situation de handicap, et M. Najdovsky, chargé de la petite enfance. Mes remerciements vont aussi vers M. Pascal Cherki, maire du 14ème, et son adjoint, M. Jean-Paul Millet, qui ont appuyé le projet dès son origine. Ils s’adressent également à M. Michel Peltier et Mme Annick Devaux, directeur et directrice adjointe de la DRASSIF, pour leurs conseils éclairés, aux responsables de la DASES, Mme Morilleau, Mme Marc et leurs collaborateurs, qui ont instruit et défendu les dossiers devant le CROSSMS, à l’ARS qui a entériné l’avis favorable de ce dernier et soutenu nos projets « Alzheimer » , avec une mention particulière pour l’équipe du Pôle « Offre, de soins et médico-sociale », qu’animent Messieurs BOURQUIN et Jean-Christophe SOVRANO, à la Région d’Ile de France, au département de Paris, à la CNSA, aux caisses de retraite qui ont contribué au financement du projet ; ma gratitude va enfin vers RSF qui a accepté de s’engager sur le projet et avec qui, grâce notamment à M. Lambotte et à Mmes Boucard et Donati, des relations de travail confiantes et constructives ont été établies.

 

A terme ce seront environ 400 places d’hébergement qui seront offertes sur le site, correspondant à 450 emplois à temps plein.

 

Pour autant les ambitions de l’association NDBS ne s’arrêtent pas là. La modification de ses statuts, actuellement à l’examen du Conseil d’Etat, ouvre son objet social à l’ensemble du champ sanitaire, médico-social et social, sur ce site et à l’extérieur. Dans le même esprit de partenariat avec lequel elle a œuvré, elle s’attachera à poursuivre son développement dans une démarche continue de réponse aux besoins, d’innovation et d’amélioration continue de la qualité du service rendu, respectueuse des valeurs de son fondateur dont la Congrégation des Religieuses Augustines de Notre-Dame de Paris, qui est notre hôte, est aujourd’hui la garante. »

 

Hélène Gisserot, 21 mai 2013

 

< Retour à la liste des actualités